English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce L’IA est-elle intelligente ?
Rubrique : Lectures d'Hercule Martin,Mieux gérer le changement permanent Publié le vendredi, 12 avril 2019
   

La nature même du terme « intelligence artificielle » soulève des questions philosophiques :  si le comportement intelligent implique ou exige l’existence d’un esprit, dans quelle mesure la conscience peut-elle être reproductible en tant que calcul ?

Alan Turing (1912-1954) est un mathématicien et logicien anglais. La contribution la plus importante de Turing à l’IA est son jeu d’imitation, dit Test de Turing : dans le test, un interrogateur humain interagit avec deux joueurs, A et B, en échangeant des messages écrits (dans un chat). Si l’interrogateur ne peut pas déterminer quel joueur, A ou B, est un ordinateur et qui est un humain, l’ordinateur est dit avoir réussi le test. L’argument est que si un ordinateur est indiscernable d’un humain dans une conversation générale de langage naturel, alors il doit avoir atteint l’intelligence de niveau humain.

Une critique du test de Turing comme un test pour l’intelligence est qu’il mesure si l’ordinateur se comporte comme un humain plus que s’il est intelligent. Le test a en effet été réussi par des programmes informatiques qui changent en permanence de sujet, font beaucoup d’erreurs d’orthographe, et parfois refusent de répondre. Un exemple célèbre est celui d’Eugene Goostman, un garçon ukrainien de 13 ans

Eugene Goostman, qui en réalité est un programme informatique, a dupé 10 juges sur 30 à penser qu’il est une personne réelle.

Intelligence et comportement intelligent sont-ils de même nature ? Dans l’exemple de la chambre chinoise, Searledécrit une expérience où une personne qui ne connaît pas le chinois est enfermée dans une pièce. En dehors de la salle est une personne qui peut glisser des notes écrites en chinois à l’intérieur de la salle par un slot de courrier. La personne à l’intérieur de la salle dispose d’un grand manuel où elle peut trouver des instructions détaillées pour répondre aux notes qu’elle reçoit de l’extérieur.

Même si la personne en dehors de la salle a l’impression qu’elle est en conversation avec une autre personne parlant chinois, la personne à l’intérieur de la salle ne comprend pas le chinois. De même, même si une machine se comporte de manière intelligente, par exemple, en passant le test de Turing, cela ne veut pas dire que la machine est intelligente.

L’argument de la salle chinoise va à l’encontre de l’idée que l’intelligence peut être décomposé en petites instructions mécaniques qui peuvent être automatisées.

Une auto autonome est un exemple d’un comportement intelligent (conduire une voiture) qui peut être automatisé. Seulement le système d’IA dans la voiture ne voit pas ou ne comprend pas son environnement, et il ne sait pas comment conduire en toute sécurité, dans la façon dont un être humain voit, comprend, et sait. Le comportement intelligent du système est fondamentalement différent du fait d’être intelligent.

     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales