English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce Se taire pour transmettre
Rubrique : Lectures d'Hercule Martin,Les clés de l'employabilité,transmission Publié le mercredi, 31 mars 2021
   

Habituellement nous comprenons la liaison entre la transmission et l’écoute comme si l’écoute était du ressort de l’apprenant et la transmission du sachant.

Mon expérience m’a révélé que le transmetteur a intérêt à développer lui aussi son écoute.

Ecoutez

Trois bonnes raisons au moins pour cela :

  • D’abord, les apprenants ont peut-être des façons d’aborder la transmission différentes de celles du sachant. Ils peuvent avoir des besoins différents les uns des autres et ne pas accepter un long discours avant que le sachant arrive sur la partie qui les concerne.
  • Ensuite, ils peuvent avoir des modes de compréhension qui fait que certains d’entre eux peuvent être perdus dès le départ.
  • Enfin, Ils ont peut-être des freins et/ou des réticences qui les limitent.

Un bon transmetteur prend le temps de poser des questions ouvertes, de comprendre et de partager sur la valeur et l’usage que les apprenants en attendent.

Sachez vous taire

L’image traditionnel du sachant (comme du vendeur) est d’être intarissable sur son thème de prédilection. Certains, et ils sont nombreux, pensent que la diarrhée verbale permet de convaincre l’autre et d’emporter la décision.

Malheureusement, nous savons aussi que  lorsque nous sommes assaillis de mots par notre interlocuteur, le meilleur moyen de terminer l’échange est d’acquiescer sans écouter. Cela vaut pour un sachant comme pour un commercial.

Même si vous avez les meilleures intentions du monde en développant vos idées, vous éviterez un gaspillage d’énergie en vous taisant. Si vous laissez des temps de silence, votre interlocuteur parlera et vos en saurez plus sur sa réflexion.

Challengez votre interlocuteur

Si votre interlocuteur lance une hypothèse, plutôt que de lui répondre directement, challengez-le : « Pourquoi dites-vous cela ? A quoi pensez-vous ? »

Vous pouvez aussi le challenger : « cela marche dans tous les cas ? Que feriez-vous si .. ? »

Plus il parlera et mieux vous comprendrez ce qu’il veut dire. Et lui, dans le même temps, commencera à intégrer ce que vous lui transmettez et à lever ses freins.

Écouter, se taire, faire parler l’autre, voilà des idées un peu bizarres dans une ère de communication à outrance. Et pourtant cela marche !

Adapté d’un article de McKinsey

     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales