English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce Jeu d’échecs, jeu de go
Rubrique : Les clés de l'employabilité Publié le samedi, 26 juillet 2008
   

Quelle est la différence entre le jeu d’échecs et le jeu de go ? En termes d’outil de management, quelle est la symbolique ? Pour répondre à cette question, j’emprunte un texte du blog de Marc Traverson (http://www.troisiemevoie.com/troisiemevoie/2007/04/jeu_dchecs_jeu_.html)

Comparer ces jeux de stratégies emblématiques permet de tirer certaines leçons sur la conduite en situation de confrontation (négociation, conflits, compétition). Et même d’interpréter la situation politique.

Dans le cas du jeu d’échecs, nous avons au début de la partie deux armées en ordre de bataille, disposées l’une en face de l’autre sur un espace (l’échiquier) relativement restreint. Les pions (l’infanterie) avancent toujours vers le camp adverse. Les pièces ayant chacune des compétences différentes, elles doivent coordonner leur action pour atteindre une harmonie dans l’action (synergie). A cette condition elles peuvent pénétrer le camp adverse et prendre un avantage.

Aux échecs, il s’agit de tuer – échec et mat, shah mat, « le roi est mort », en persan. Bien que le jeu soit originaire d’Inde, arrivé en Occident au moyen-âge, il est devenu le modèle d’un type d’affrontement classique. La bataille échiquéenne renvoie dans l’imaginaire à la bataille napoléonienne (quoique Bonaparte ait été un piètre joueur d’échecs…). Austerlitz, en un mot. Capacité de concevoir, dans une configuration donnée, un plan stratégique audacieux (inattendu pour l’adversaire). Utilisation maximale des forces disponibles, pourtant inférieures numériquement (économie). Exploitation de la surprise et anticipation des réactions adverses (timing). La dynamique l’emporte sur l’arithmétique.

Au jeu de go, l’espace de jeu initial est vaste et vide. Le go ban est un plateau qu’il s’agit d’investir avec des pions (pierres) qui, posées les unes après les autres, composent une position. C’est un jeu territorial. Il s’agit de prendre de l’influence sur des territoires, de construire une position supérieure, en visant le long terme. Posant une pierre, chaque joueur doit à la fois tenir compte de l’adversaire, qui cherche à l’envelopper, donc le gêner, le contraindre, et lui-même préserver ses options pour les coups suivants. Le go est moins un jeu d’encerclement qu’un jeu où il s’agit pour chaque joueur de conquérir et préserver le maximum d’espace de liberté.

Le jeu de go favorise ces « échappées stratégiques », ces mouvements subtils, les prises de positions énigmatiques qui ne révèlent leur puissance qu’à long terme. On pose l’air de rien une pierre derrière les lignes adverses… et quelques coups plus tard, ce point d’appui en territoire ennemi devient décisif. Aux échecs, jeu plus direct, il importe de tenir le centre de l’échiquier. C’est le propre d’un jeu dynamique. Car une pièce centralisée aura la capacité à se rendre plus vite qu’une autre sur une aile ou l’autre de l’échiquier. Plus polyvalente et mobile, elle est donc plus menaçante. Influence centrifuge.

Aux jeu de go, il importe de « viser large et de jouer serré ». Au fur et à mesure, des connections apparaissent entre les pierres, un réseau d’influence. Chaque nouvelle pierre posée prend sens dans le dessein stratégique, le plan général. Qui tient les bords domine, car il peut aisément lancer des mouvements d’encerclement. Influence centripète.

     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales