English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce Management à la japonaise : la vision de Murakami
Rubrique : Lectures d'Hercule Martin Publié le lundi, 12 octobre 2015
   

Lincolore

Nous avons parlé la semaine dernière du management à la sicilienne basé sur la peur. Voici un extrait du dernier livre d’Haruki Murakami (L’incolore Tsuruku Tazaki, 10/18, 2015), un grand connaisseur de la société japonaise.

Au fil de l’histoire, le héros du livre va retrouver sa bande d’amis du lycée. 

Un de ses amis d’alors parle d’un de leurs amis communs :

Il a créé une société qui propose des formations en management intitulées « créatives-business-séminars ». Ce sont des séances, plus ou moins improvisées, de léger lavage de cerveau, destinés à former de bons soldats des entreprises.  À la place des textes sacrés, on utilise des manuels, à la place de la révélation ou du paradis, on vous promet la réussite ou de gros salaires annuels. C’est la nouvelle religion d’une époque pragmatique. Mais cette religion est dépourvue de transcendance, et tout y est chiffré correctement. C’est parfaitement clean, et facile à comprendre. Toutes les théories et les valeurs qui sont prônées là-dedans n’ont que cette objectif.

Plus tard, l’intéressé (le fondateur de l’entreprise) lui explique :

Une chose que m’a enseignée mes premières expériences de salarié : la plupart des hommes n’éprouvent aucune répugnance à recevoir des ordres des autres et à y obéir. Et même, ils sont plutôt contents d’être commandés. Bien sûr, ils rouspètent, mais ce n’est pas sérieux. Ils grognent juste par habitude. cela les plonge dans la confusion de penser avec leur propre tête, de prendre des responsabilités, des décisions.

Pour bâtir mon programme, je suis parti de mes expériences. J’y ai ajouté des techniques issues du développement personnel, de programmes en vogue aux USA et je me suis servi des manuels destinés aux nouvelles recrues de la SS ou chez les marines.

Notre objectif n’est pas de créer des espèces de zombies. Notre programme doit être scientifique, pragmatique et sophistiqué. C’est dans l’intérêt de l’entreprise que nous formions des travailleurs qui croient penser par eux-mêmes. Bien sûr, il y a pas mal de réfractaires à notre programme. Ceux-là se divisent en deux catégories. La première est composée d’individus antisociaux. Ces types-là refusent systématiquement d’être entraînés dans une démarche positive ou bien de s’adapter aux règles d’un groupe. Avec eux, on perd son temps. Dans l’autre catégorie, on trouve ceux qui, véritablement, sont capables de penser avec leur tête. Eux, on les laisse tels quels. Mieux vaut rester modeste et ne pas insister. Dans le meilleur des cas, ils occuperont plus tard une position dirigeante. Le reste, la grande majorité (85 %), acceptent les ordres venus d’en haut.

Qu’en est-il dans votre organisation ?

     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales