English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce Pas de bonnes décisions sans des informations fiables
Rubrique : Les clés de l'employabilité Publié le samedi, 2 juin 2012
   

Dans son dernier livre*, Colin Powell, ancien chef d’état-major et ministre de la défense des USA, explique sa manière d’analyser les informations qui lui sont remontées. Il propose une grille d’analyse en quatre points.

Vous ne pouvez prendre de bonnes décisions si vous ne savez séparer les faits des opinions et des interprétations. Les faits en eux-mêmes ne sont pas tout : ils peuvent être une part de l’histoire, mais pas toute l’histoire ou bien ils peuvent être dénués de sens. Pour bien faire la part des choses, Colin Powell pose quatre questions :

  • « Dites-moi ce que vous savez » : vous avez vérifié les sources et même croisé plusieurs d’entre elles. Si ce n’est pas le cas, précisez le niveau de confiance que vous avez dans la source qui vous l’a communiqué.
  • « Dites-moi ce que vous ne savez pas » : cela est tout aussi important. Souvent, vos interlocuteurs (collègues, collaborateurs) vous cachent leurs doutes, leur questionnement intérieur. Ces révélations peuvent aider à apprécier des zones d’ombre et à pondérer les certitudes. Cela demande du courage de la part de vos interlocuteurs, aussi encouragez-les à remonter celles-ci.
  • « Dites-moi ce que vous en pensez » : il s’agit de faire appel aux jugements et aux instincts de vos interlocuteurs. Leurs opinions peuvent être à l’opposé des vôtres, mais elles ont l’avantage d’enrichir votre analyse.
  • « Distinguez toujours quoi est quoi » : vous recevez, en amont de toute décision, de nombreuses informations, faits, analyses, opinions… Vous ne pourrez prendre une bonne décision que si vous n’avez pas fait la part des choses en classant toutes ces données selon leur nature.

Colin Powell termine cette partie en racontant l’anecdote suivante : un de ses collègues avait été chargé d’annoncer de mauvaises nouvelles à leur patron. Il se fit « jeter » par dernier. Lorsque que Colin Powell voulut lui témoigner sa sympathie, son collègue lui dit simplement : « il ne me paye pas pour que je lui délivre que de bonnes nouvelles ». Ce militaire termina sa carrière à un haut grade.

Sa citation préférée à l’égard de ses collaborateurs : « Si vous voulez travailler avec moi, ne me prenez pas au dépourvu. Et quand vous me dites quelques chose, dites-moi tout ».

  • Colin Powell, « It worked for me », Harper, 2012
     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales