English English
Dalett
Formation professionnelle, coaching individuel et collectif, stratégie de carrière
 
Accueil
Blog
Qui
Sommes-nous ?
Nos
Interventions
Nos
Publications
Nous
Contacter
 
Le blog d’Hercule Martin Manager
 
puce Trouver sa voie… dans l’urgence ou urgence de trouver sa voie ?
Rubrique : Les clés de l'employabilité Publié le samedi, 12 février 2011
   

Entre les livres par exemple d’Helmut Rosa (« Accélération », La Découverte), de Jean-Louis Servan Schreiber (« Trop vite ! », Albin Michel) ou de Gilles Finchelstein (« La dictature de l’urgence », Fayard), nous croulons sous les messages d’alerte à propos de l’accélération du temps et de son effet pervers sur l’homme. Est-ce déjà trop tard ou pouvons-nous encore agir ? Oui, si nous acceptons le fait que la société de l’urgence se caractérise par le fait que chacun doit devenir l’entrepreneur de sa propre vie (citation d’Alain Erhenberg).

Gilles Finchelstein rappelle dans son livre (cité plus haut) que si cette nouvelle réalité impose certaines règles (« aujourd’hui ce sont les rapides qui mangent les lents et non plus les gros qui mangent les petits » dixit Andy Grove –Intel-), elle est aussi une source opportunité qui met en valeur l’intuition et la liberté que chacun peut s’octroyer dans sa propre vie.

Comment ?

La première solution, selon Gilles Finchelstein, consiste à jouer sur le rythme du temps. On peut vouloir freiner. Tel est le choix de ce que l’on appelle le slow movement, le « mouvement de la lenteur », qui touche aussi bien la nourriture, les villes ou la musique.

La seconde orientation pour sortir de la dictature de l’urgence est plus essentielle : elle consiste à redonner de la profondeur au temps, c’est-à-dire à retrouver un passé et un avenir. D’un côté, il faut réhabiliter l’histoire. Elle est instrumentalisée par les politiques (le storyrtelling). D’un autre côté, il faut plus encore retracer des perspectives. Quand le futur est opaque, que la croyance dans le Progrès est érodée et que tout risque est redouté, c’est difficile. Cela peut se faire tant au niveau collectif qu’individuel.

La troisième est de faire le point sur la notion d’urgence. Un commentateur (Frada37) sur le site des Echos, fait remarquer qu’il y a, en France plus qu’ailleurs, de nombreux malentendus sur la notion de l’urgence. D’une part, on confond souvent vitesse et précipitation quand ce n’est pas agitation. Son expérience professionnelle tant à Zürich qu’en France lui fait observer que « la vitesse objective à Zurich était bien plus grande alors que la vitesse ressentie était plus faible ». Notre inorganisation latente en est souvent la cause. Par ailleurs, il est de bon ton en France de sembler agité, surchargé, de sur occuper nos enfants (sujet déjà abordé sur ce blog à propos de la fin de la créativité).

Enfin, il faut se redonner des priorités ou plus exactement ne pas en changer en permanence. A la longue, rien n’est réglé et tout finit par devenir urgent.

Au Moyen-âge, on discutait s’il valait mieux une tête bien pleine ou une tête bien faite, aujourd’hui on préfère instinctivement le bien plein accompagné d’une bonne dose d’agitation.

     
   0 Commentaires Lire la suite

puce Laissez un commentaire

j’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site

 
VOS CONTACTS

Vos contacts :

Gérard Rodach Maryse Hania
PRÉSENTATION
ACTUALITÉS
EBOOK
NOS LIVRES
CATÉGORIES
LIENS
RECHERCHE
S'ABONNER
ARCHIVES
         
Accueil / Blog
Qui sommes-nous ?
Nos interventions
 
Nos publications
Nous contacter
Documents téléchargeables
CGV
Politique de confidentialité
Information légales