Pouvez-vous remettre vos pendules à l’heure ?

La photo jointe à ce blog a été prise gare de Lyon Saint Exupéry, fin décembre 2023. Deux mois plus tard, fin février 2024, les trois pendules étaient toujours divergentes. 

Impossibilité de les régler, inobservation de la situation ou désintérêt, … je ne sais trop quelles sont les raisons de cette situation.  En tout cas rien,  en apparence, n’a bougé. 

Cela me conduit à m’interroger sur la fatalité et le fatalisme. La fatalité, c’est le caractère de ce qui inéluctable. Le fatalisme, plutôt négatif, c’est se résigner aux décisions du ciel. 

Lire la suite

Et si la transmission était un acte de renaissance ?

Nous transmettons tous les jours du savoir à ceux qui nous entourent. Cela peut être parfois un simple détail et à d’autres moments un véritable tutorat dans le temps. En parallèle, nous aussi, nous apprenons de ceux qui nous entourent. 

Il y a des situations où cela nous plaît et d’autres où ce transfert nous fait peur (ou fait peur à celui à qui nous transmettons du savoir ou du savoir-faire) : peur de se remettre en cause, peur d’échouer, peur de quitter une zone de confort…

Lire la suite

L’étrange défaite…de la curiosité

Officier d’État-Major en 1940, Marc Bloch, engagé volontaire – il avait 54 ans à l’époque-, a écrit quelques semaines après l’armistice un livre de réflexion sur ce qu’il avait vécu. Historien de formation, il observait, entre autres, que l’État-Major avait pensé et vécu cette guerre à partir des leçons de 14-18 et n’avait pas pris en compte que le monde avait changé. L’auteur avait regretté que tant les militaires que les politiques étaient enfermés dans leurs certitudes. Il y voit une faillite du système de formation des élites : 

Lire la suite

Etes-vous quelqu’un d’autre ?

Vous avez une activité professionnelle. Vous réussissez correctement, mais est-ce vraiment ce qui vous correspond ? 70% des professionnels en activité font un métier correctement, mais sans véritable passion, ni intérêt. Ils sont arrivés là par le hasard des chemins, des opportunités et de la pression familiale et professionnelle. 

Voici un conte extrait du livre de Tonino Benacquista, Quelqu’un d’autre, Folio 2003. 

Lire la suite

Il faut sauver le soldat « leadership »

Il est fréquent aujourd’hui de parler d’absence de vision tant des hommes politiques que des dirigeants d’entreprise. Quand bien même ces derniers se projettent dans le futur, leur vision ne descend pas forcément vers la base de leur organisation. Il en ressort un sentiment de frustration de la part des managers et collaborateurs qui ont l’impression d’être dans un « bateau ivre ». 

Dans un de ses derniers livres, « L’ordre du monde » (Pluriel, 2023), Henry Kissinger (1923-2023), qui fut un des grands diplomates des années 70, s’interroge : « On a souvent défini l’ordre mondial en partant de l’hypothèse que, si les gens peuvent se procurer et échanger librement les informations à l’échelle planétaire, la propension naturelle de l’être humain à la liberté s’enracinera et s’accomplira, tandis que l’histoire progressera en quelque sorte sur pilote automatique. Pourtant, les philosophes et les poètes ont longtemps séparé le champ de compétences de l’esprit en 3 sphères : information, connaissance et sagesse. »

Lire la suite

La chance, cela se construit !

Elle se travaille de quatre manières : faire preuve de curiosité, développer un réseau, savoir tirer parti d’un échec et rebondir et anticiper.

Nous vivons tous une époque de plus grande liberté de choix pour notre vie privée, sociale ou professionnelle. Chacun d’entre nous est sur un chemin, bon ou mauvais selon son goût, et c’est notre chemin. Nous pouvons toujours penser que notre chemin actuel va durer cahin-caha. Toutefois la vie nous rattrape avec ses aspects positifs et négatifs. Alors, un jour, à l’occasion d’une croisée des chemins un peu plus âpre (une pression trop forte au travail, un changement d’environnement, …), nous pouvons réaliser que nous ne sommes pas là où nous devrions être. Cela peut nous susciter de l’inquiétude face aux décisions inhérentes à nos orientations : «vers où aller ? » et « comment faire ? ».

Lire la suite

La vie professionnelle après 40 ans

Dans son livre « la part de l’autre » (Albin Michel, 2001), Eric-Emmanuel Schmitt imagine un Adolf Hitler (AH) admis à l’école des Beaux-Arts de Vienne et les conséquences qui s’en suivirent. 

AH devient un peintre assez connu, fréquentant l’École de Paris à Montparnasse entre les deux guerres, puis ruiné par la crise de 1930 rentrant à Berlin pour devenir professeur. 

« Après quarante ans, un artiste n’a plus d’illusions sur lui-même. Il sait s’il est un grand artiste ou un petit. 

Lire la suite

Préparez-vous à ne pas courir

La fin des vacances approche pour nombre d’entre-nous et, peut-être, le stress de la rentrée est-il en train de monter. Une métaphore pour s’y préparer.

Un Duc, riche puissant, convoqua de nombreux peintres pour faire décorer les murs de son palais et leur donner des indications. Tous les artistes ainsi réunis se lancèrent dans une sorte de course à l’action : sortir leur pinceau, déplier leur tapis, poser leur encrier et se mettre à peindre.
Sauf un, qui rentra chez lui.

Lire la suite