transmission

Si eux ont réappris à échanger, pourquoi pas vous ?

Extrait de la bande annonce de Tehachapi (sous-titres possibles en anglais)

Je vous ai parlé il y a deux semaines de ce que les poules pouvaient nous apprendre sur la hiérarchie. La semaine dernière, j’ai abordé les facteurs qui dynamisent les équipes. Dans la même foulée, je vous parle aujourd’hui de comment faciliter la communication, même avec les plus récalcitrants. Je viens de voir Tehachapi, un film sorti ce mercredi sur les écrans et qui traite de la réhabilitation de criminels endurcis.  Ces derniers sont enfermés dans des conditions très durs sans pratiquement aucun contact avec l’extérieur, y compris leurs gardiens. Et pourtant, à la fin de l’action présentée ici, les trois quarts auront été libérés et le reste bénéficie de conditions moins dures, étape préalable à leur potentielle libération. 

Vous n’êtes pas de tels criminels et vos collègues non plus. Et pourtant, l’exemple des poules super productives nous a montré que le climat de compétition au sein des entreprises peut entraîner de fortes tensions et des non-communications dans le temps. Nous avons tous  autour de nous des collègues avec qui nous ne voulons plus parler et ne nous pouvons plus parler parce que nous ne savons pas comment sortir de cette situation. 

Qu’est-ce nous apprend ce film ? 

Lire la suite

Ce que les poules peuvent nous apprendre sur la hiérarchie

Un biologiste de l’évolution de l’Université de Purdue (USA), William Muir  voulait savoir ce qui pourrait rendre ses poules plus productives.  Les poules vivant en groupes, il sélectionna un petit groupe moyen  et le laissa tranquille pendant six générations. 

Il créa ensuite un second groupe  avec les poules les plus productives,  appelé les « Super-Poules », et où, à chaque génération, il y sélectionnait les plus productives pour la reproduction.

Après six générations, que découvrit-il ? 

Lire la suite

Peut-on faire bouger un mammouth ?

Vous êtes dans une organisation avec une forte culture. Avez-vous une chance pouvoir la faire évoluer, sans en être à la tête ? 

Dans son roman « Les testaments », Margaret Atwood nous décrit une société très oppressive qui oblige hommes et surtout femmes à s’intégrer dans le système. Ce roman est la suite du roman dystopique du même auteur, « La servante écarlate » . Trois femmes de générations différentes vont s’unir pour faire bouger le système. Quels sont  les leviers ? 

Lire la suite

Transmission : le futur vient du passé

Dans ce livre, le café « Funiculi Funicula » de Tokyo offre à ses clients une chance unique de remonter le temps, de revivre un moment précis de leur passé et de modifier leurs actions ou leurs paroles. Ce voyage temporel agit comme une thérapie, permettant aux personnages de faire la paix avec leur passé.

Est-ce applicable dans la transmission de savoir et savoir-faire ? 

Lire la suite

Sortez du complexe de Prométhée

Tout petit, le feu vous a sûrement fasciné. Mais vos parents veillaient au grain et vous empêchaient de jouer avec les allumettes, que ce soit en vous tapant sur les doigts ou en élevant la voix. Et pourtant, dès que nous avons pu, nous avons voulu tester ce pouvoir. C’est ce que le philosophe Gaston Bachelard (1884-1962) a résumé sous la forme suivante : « nous nous proposons de ranger sous le nom de complexe de Prométhée toutes les tendances qui nous poussent à savoir autant que nos pères, autant que nos maîtres, plus que nos maîtres ». 

Quelle en est l’origine ? 

Lire la suite

Voulez-vous t… avec moi ?

Il fut un temps, pas si lointain, où vous découvriez vos collègues sur votre lieu de travail et vous appreniez à les connaître et à coopérer avec eux au fil des missions et… des rencontres à la machine à café. 

Depuis quelques années, il y a de fortes chances que vos collègues soient disséminés aux quatre coins de France ou du monde et que votre probabilité de les rencontrer « physiquement » soient faibles. Bien plus, le travail en mode projet et les rotations dans les équipes font que vous pouvez changer souvent d’interlocuteurs : à chaque fois, cela demande un temps de réadaptation, plus ou moins selon le profil ou l’expérience de vos contacts. 

Entre Français, même à distance, c’est assez simple parce que nous partageons les mêmes codes culturels. Mais avec d’autre pays ?

Lire la suite

L’incertitude, cela s’apprend-t-il ?

Nous vivons dans un monde qui change, qui va encore changer et nous allons devoir revoir toutes nos certitudes et nos projections. Comment apprendre à vivre dans  l’incertitude ?

Loin, très loin nous, dans le Kamtchatka, aux confins de la Russie, vit une peuplade, les Even, des nomades devenus par la force des choses des sédentaires sous le régime communiste, puis à la chute de celui-ci, ils sont repartis dans la forêt, réapprendre à vivre au contact de la nature, des animaux et des éléments. 

Lire la suite

Et si la transmission était un acte de renaissance ?

Nous transmettons tous les jours du savoir à ceux qui nous entourent. Cela peut être parfois un simple détail et à d’autres moments un véritable tutorat dans le temps. En parallèle, nous aussi, nous apprenons de ceux qui nous entourent. 

Il y a des situations où cela nous plaît et d’autres où ce transfert nous fait peur (ou fait peur à celui à qui nous transmettons du savoir ou du savoir-faire) : peur de se remettre en cause, peur d’échouer, peur de quitter une zone de confort…

Lire la suite

L’étrange défaite…de la curiosité

Officier d’État-Major en 1940, Marc Bloch, engagé volontaire – il avait 54 ans à l’époque-, a écrit quelques semaines après l’armistice un livre de réflexion sur ce qu’il avait vécu. Historien de formation, il observait, entre autres, que l’État-Major avait pensé et vécu cette guerre à partir des leçons de 14-18 et n’avait pas pris en compte que le monde avait changé. L’auteur avait regretté que tant les militaires que les politiques étaient enfermés dans leurs certitudes. Il y voit une faillite du système de formation des élites : 

Lire la suite

Etes-vous quelqu’un d’autre ?

Vous avez une activité professionnelle. Vous réussissez correctement, mais est-ce vraiment ce qui vous correspond ? 70% des professionnels en activité font un métier correctement, mais sans véritable passion, ni intérêt. Ils sont arrivés là par le hasard des chemins, des opportunités et de la pression familiale et professionnelle. 

Voici un conte extrait du livre de Tonino Benacquista, Quelqu’un d’autre, Folio 2003. 

Lire la suite